L’Espagne et ses communautés autonomes

Etudier en Espagne, la vie étudiante en Espagne, les loisirs en Espagne… Mais qu’est – ce que l’Espagne ? Certes, un pays ayant intégré l’Union européenne dès 1986 mais ce que nous souhaitons traiter, au sein de notre article du jour, surmonte le point de vue historique afin de se focaliser plus particulièrement sur l’organisation linguistique de ce pays européen. En effet, l’Espagne est un pays où règne une diversité linguistique, enrichissant son patrimoine culturel.

  L’Espagne est un pays composé de dix – sept communautés, dites autonomes [plus ou moins autonomes par rapport à l’Etat central]. Chacune dispose d’un parlement, un gouvernement, une propre police et d’une langue ; par ailleurs, il se peut qu’une communauté soit divisée en une à neuf provinces [l’Espagne compte au total cinquante provinces].
Voici la liste officielle des communautés espagnoles autonomes : ici.

carte de l'espagne
  Mais quelles sont les langues parlées au sein de chaque communauté ? Au sein de l’Espagne entière sont parlées quatre langues n’ayant, néanmoins, pas le même statut chacune : le castillan, le catalan, le galicien et le basque.

  Développons davantage ce point :
 
  • Le castillan:
Langue dérivée du latin, elle est la seule langue espagnole officielle de l’Etat : le castillan est la langue la plus parlée dans le monde hispanophobe. De plus, il est un devoir de connaître cette langue pour chaque habitant d’Espagne, qu’elle que soit la communauté autonome dans laquelle il vit.

 
  • Le catalan, le galicien & le basque:
Selon l’article 3 de la Constitution espagnole, ces trois langues sont considérées comme étant les langues co – officielles avec le castillan :
  • le catalan : langue dérivée du latin, elle est parlée en Catalogne, aux îles Baléares et à Valence.
  • le galicien : langue dérivée du latin, elle est parlée en Galice.
  • le basque : langue qui ne provient pas du latin et qui est parlée au Pays Basque espagnol et en Navarre.

carte des langues parlées en espagne   D’un point de vue fiscal, les communautés autonomes ne disposent plus d’autonomie depuis la loi datant de 2009. En effet, cette loi a mis en place deux procédés quant à l’organisation des impôts : l’un portant sur les impôts et les taxes communautaires, l’autre portant sur les impôts et les taxes reversés par l’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *